Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exploitation illégale des forêts, l’Union européenne devrait balayer devant sa porte : 

Publié le par Mariana-Hélène Firdion

La lutte contre l'exploitation illégale des forêts joue un rôle capital dans le contrôle du changement climatique par la réduction des émissions de carbone dans l'atmosphère. La protection des arbres est le meilleur moyen de préserver l’environnement. Le plan d'action innovant lancé par la Commission européenne en 2003 était dès lors une initiative bienvenue. Cependant, selon un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne, douze ans plus tard les résultats sont globalement modestes.

«Quatre États membres, la Grèce, la Hongrie, la Roumanie et l'Espagne, n'ont pas encore intégralement appliqué le règlement de l'UE dans le domaine du bois, lequel a été établi pour empêcher le bois illégal d'être mis sur le marché dans l'UE. Étant donné que, dans le cadre du marché unique, la solidité de la chaîne de contrôle est égale à celle du plus faible de ses maillons, le bois illégal pourrait toujours être importé dans l'UE par l'intermédiaire de ces quatre pays. L'Union européenne a promu un régime d'autorisation afin de garantir que les pays producteurs de bois à travers le monde n'exportent que du bois légal. L'UE doit avant tout balayer devant sa porte et montrer l'exemple dans la lutte contre l'exploitation illicite des forêts et le commerce du bois récolté illégalement» a déclaré M. Karel Pinxten, Membre de la Cour responsable du rapport.

L'audit a permis d'évaluer l'efficacité des principaux aspects du plan d'action de l'UE concernant l'application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (FLEGT). Un montant total de 300 millions d'euros a été octroyé à 35 pays dans le cadre du plan d'action pendant la période 2003-2013. Deux pays, l'Indonésie et le Ghana, étaient en bonne voie pour obtenir une autorisation pour leur bois. En général, cependant, les progrès étaient très lents et de nombreux pays éprouvaient des difficultés à surmonter les obstacles à la bonne gouvernance. 

Au cours des douze années qui ont suivi le lancement du plan d'action par la Commission européenne, aucun pays partenaire n'a obtenu d'autorisation (FLEGT) en bonne et due forme.Une planification déficiente de la part de la Commission européenne ainsi que l'absence de priorités claires en matière de financement des pays producteurs de bois sont des facteurs qui ont largement contribué au manque de progrès.

La Cour recommande à la Commission:
- de fixer des objectifs clairs et de déterminer les moyens de les atteindre;
- d'allouer ses ressources aux pays producteurs de bois dans lesquels leur impact sera le plus important;
- de veiller à ce que le règlement dans le domaine du bois soit intégralement appliqué dans l'ensemble des États membres;
- de mettre en place des procédures d'évaluation et d'information rigoureuses pour suivre l'évolution de l'initiative;
- de recourir à des organismes de certification privés dignes de confiance.

Texte de la Cour des comptes européenne.
Photo CC0 Public Domain.

Exploitation illégale des forêts, l’Union européenne devrait balayer devant sa porte : 
Exploitation illégale des forêts, l’Union européenne devrait balayer devant sa porte :