Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Opéra national de Paris :

Publié le par Mariana-Hélène Firdion

La Cour des comptes a rendu public un rapport sur la gestion de l’Opéra national de Paris de 2005 à 2014. L’établissement est parvenu à compenser la baisse de la subvention de l’État intervenue au cours de cette période par une politique dynamique de développement de ses ressources propres. Son pilotage stratégique s’est structuré. Une rationalisation des dépenses et l’augmentation du nombre de spectacles et de représentations permettraient d’améliorer l’équilibre financier de l’activité spectacles. En outre, la simplification des textes conventionnels et du régime indemnitaire des agents, ou le suivi plus rigoureux du respect des temps de travail statutaires et de l’absentéisme feraient progresser la gestion des ressources humaines. La gestion administrative et financière de l’établissement, quant à elle, doit encore être modernisée. La Cour formule 16 recommandations.

LISTE DES RECOMMANDATIONS Ministère de la culture et de la communication Recommandation n° 1 : Réduire la durée du mandat du directeur délégué ; Ministère de la culture et de la communication et Opéra national de Paris ;
Recommandation n° 2 : Reprendre l’examen des solutions juridiques et statutaires permettant de limiter le coût du départ des proches collaborateurs des directeurs d’établissements culturels lorsque ces derniers quittent leurs fonctions ; 
Recommandation n° 3 : Accroître l’offre de spectacles en s’employant, pendant la durée du prochain contrat d’objectifs et de performance, à faire évoluer l’organisation et les temps de travail, dans le respect des objectifs financiers de l’établissement ;
Recommandation n° 4 : Mieux amortir le coût des nouvelles productions par une programmation plus judicieuse et plus attractive des reprises de spectacles ;
Recommandation n° 5 : Justifier la cohérence des décisions de déclassement, au regard notamment de l’objectif de la direction de reconstituer un grand répertoire lyrique, et améliorer l’information du conseil d’administration sur les productions à déclasser, en présentant notamment des données financières sur les coûts complets de leur conception et leur réalisation (frais de production, décors, accessoires et costumes, incluant la rémunération des salariés de l’établissement y ayant concouru) ;
Recommandation n° 6 : Généraliser à l’ensemble des catégories d’agents soumises à une durée annuelle de travail différente du droit commun un bilan annuel individuel rapprochant les jours ou services dus et réalisés ; planifier l’activité des artistes au plus près du nombre de services prévus par la convention collective et les accords postérieurs ; réduire l’écart important constaté dans plusieurs services fonctionnant sur la base d’une modulation des temps de travail entre les jours dus et réalisés par les agents ;
Recommandation n° 7 : Mettre fin au régime particulier des cadres soumis à 175 jours de travail par an dans les services où l’amplitude horaire et les contraintes opérationnelles ne le justifient plus ;
Recommandation n° 8 : Répertorier dans un document unique l’ensemble des textes régissant le régime indemnitaire des agents de l’OnP afin de solidifier les bases juridiques des primes et indemnités et de rendre possible la mise en place d’un contrôle interne de la paie ;
Recommandation n° 9 : Engager une démarche de modernisation de la classification des personnels artistiques et rechercher, à cette occasion, une simplification de leur régime indemnitaire, sans surcoût pour l’établissement ; poursuivre le même objectif de simplification pour les autres catégories d’agents ;
Recommandation n° 10 : Prendre les mesures permettant de mieux analyser les causes de l’absentéisme et en abaisser le niveau ;
Recommandation n° 11 : Poursuivre l’effort de maîtrise de la masse salariale dans le strict respect des objectifs fixés par le contrat d’objectifs et de performance 2016-2018 ;
Recommandation n° 12 : Procéder de manière plus régulière aux vérifications de pièces et de documents comptables et financiers de l’Association pour le rayonnement de l’Opéra de Paris (AROP), comme le permet la convention-cadre entre cette association et l’OnP ; formaliser le résultat de ces vérifications et des suites qui en ont été données ;
Recommandation n° 13 : Réduire les dépenses de frais de réunion et de réception (compte 625 700) et de déplacement en taxi qui ont fortement augmenté à partir de 2013 ; vérifier et joindre systématiquement aux pièces comptables le relevé détaillé des courses de taxi par bénéficiaire ; veiller à ne pas inclure dans les contrats de travail des cadres dirigeants de clause prévoyant la mise à disposition d’un véhicule de fonction ou d’un chauffeur ;
Recommandation n° 14 : Mettre en place un dispositif d’inventaire physique des biens immobilisés, en formaliser les résultats et procéder aux rapprochements avec les quantités inscrites en comptabilité ;
Recommandation n° 15 : Établir une cartographie des achats de l’établissement et faire évoluer le bureau « marchés » actuel, à dominante juridique, vers un service acheteur doté des compétences en la matière ; mettre en place les dispositions et l’organisation permettant d’assurer le respect des seuils de mise en concurrence en matière d’achats ;
Recommandation n° 16 : Mieux formaliser les actions menées dans le cadre des plans annuels de contrôle interne comptable et financier afin de s’assurer de l’atteinte des objectifs ; établir un bilan des actions de modernisation comptable et financière accomplies, des lacunes éventuelles dans leur mise en œuvre et définir les nouvelles actions à mener.

Texte de la Cour des comptes. 
Photo CC0 Public Domain. 

L'Opéra national de Paris :
L'Opéra national de Paris :